mardi 15 août 2017

Mon mari, moi... et Michel #ménageàtrois

0

Vous vous en doutez bien, beaucoup de choses ont changé pour moi depuis la réalisation de mon by-pass il y a 7 semaines. C'est une toute nouvelle vie qui a débuté pour moi, dans plusieurs domaines.

Et je ne parle pas que de mes repas ou de ma vie quotidienne, non... Cette opération a chamboulé toute ma vie, et a chamboulé également l'équilibre de mon couple.

Maintenant il faut compter avec une troisième entité dans notre couple. Un troisième individu qui prend chaque jour un peu plus de place.

💓Michel💓

Rien à voir avec ça bande de petits obsédés ! (d'ailleurs, ça a été l'un des moments les plus WTF de cette excellente série qu'est House of Cards) (#UnderwoodForever)

Michel, c'est mon estomac. Étant donné la place que prend ce désormais minuscule organe dans ma vie aujourd'hui, il mérite bien que je lui donne un p'tit nom. Et quel nom plus indiqué que le prénom de mon chirurgien chéri !

Michel, si tu me lis... #cacedédi

Je savais qu'une fois le by-pass réalisé, c'est mon mini-estomac qui dirigerait ma vie ou presque. Ce que je ne savais pas, c'est que ce serait la vérité vraie ! Jamais je n'aurais cru qu'un bout de bidoche régenterait ma vie. Et c'est pourtant bien le cas depuis le 29 juin.

👉 Michel et la bouffe:

Bah oui, ça tombe sous le sens. C'est mon estomac pas plus gros qu'un ballon de rouge qui dirige  la moindre de mes prises alimentaires. D'ailleurs c'est simple, je ne peux rien mettre dans ma bouche sans me demander si Michel sera d'accord ou pas. 

Après le by-pass et la sleeve, l'estomac, amputé d'une très grande partie de sa contenance, est fragile. Du coup, la réalimentation doit se faire selon un protocole très strict, qui néanmoins doit s'adapter à chacun.

Les 10 premiers jours post-op sont, de loin, les plus funky. C'est la fameuse période liquide. Non seulement on bouffe quasiment rien, mais en plus tout doit être liquide. Vraiment liquide. Même la compote doit être diluée (et la compote diluée, bah c'est c'est dégueulasse, point). 


C'est donc la valse des soupes. Yop le matin, soupe + yop + compote le midi, rebelote le soir. Vous allez me dire, "oh ça va, c'est bon la soupe, on peut en faire plein avec plein de bonnes choses !". Ouais.

Mais en sortant de l'hôpital, crois-moi tu n'auras AUCUNE envie de te mettre aux fourneaux pour te préparer de bonnes petites soupes. Du coup, tu te rabats sur de la soupe industrielle et remplis tes placards de briquettes et ton frigo de yaourts à boire #repasdevieillard ...



Malgré tout, ça ne peut pas être pire que les repas de l'hôpital. Sans déconner j'ai jamais rien bouffé d'aussi dégueulasse en terme de potage ! Déjà, juste après l'opération, t'as pas faim. Mais alors pas faim du tout. Donc les infirmières et la diététicienne t'enjoignent de bien vouloir te forcer un peu histoire de reprendre des forces.

Moi j'veux bien, mais euh...

Mais putain les cuistots vous ne pourriez pas faire des efforts ? Parce que sans déconner j'ai jamais rien vu de pire en termes de soupe. Sur mes 4 jours post-op je n'ai même pas eu droit à un pauvre bouillon ou à un banal potage de légumes. Non, non, rien de tel. J'ai eu droit aux potages punitifs:  

😨potage à la tomate quasi translucide avec une espèce de tache blanche au milieu (la matière grasse rajoutée).
😨velouté d'asperges (d'ailleurs c'est juste une grosse arnaque, c'était pas du velouté mais de la flotte aromatisée à l'asperge, c'est comme si on m'avait refilé l'eau de cuisson des asperges avec un peu de lait dedans).
😨velouté de bolets (même arnaque, avec des champignons fictifs) (déjà que j'aime pas ça les champignons à la base, mais alors là...)
😨et le "meilleur" pour la faim, la soupe de poireau et pomme de terre (ça y est j'ai envie de vomir).

Un dressage minimaliste mais classieux, des tâches de gras sur l'opercule et la petite étiquette qui te dit keskecé, parce que franchement, c'est dur à deviner de prime abord.  #ambiancemaisonderetraite

J'étais donc bien contente de trouver mes briquettes de soupe à la courgette - vache qui rit ou potiron-kiri industrielles une fois rentrée à la maison !

Ensuite on part pour 2 bonnes semaines minimum de nourriture de consistance type "purée": c'est la période mixée. C'est la période rêvée pour te lâcher sur les compotes (non diluées !!) et sur les purées de légumes maison. Attention hein, on oublie le beurre et la crème à foison dans la purée. On se contente d'ajouter une petite cuiller à café d'huile d'olive pour les matières grasses essentielles. On peut bien sûr y ajouter des protéines mixées (jambon, jambon de dinde ou pourquoi pas des oeufs brouillés) et du fromage fondu.

Vient ensuite la période hachée: on commence à intégrer des aliments de tout type et on s'approche d'une alimentation normale. Mais tout doit être haché menu ! On peut se montrer généreux sur les sauces pour aider notamment la viande hachée à passer. Et toujours mollo sur le gras et le sucre.

Arrive enfin, la période "tendre" où l'on continue avec une alimentation quasi normale mais le tout coupé en tout petits morceaux, comme pour les bébés.

Puis après presque 2 mois de réalimentation aussi progressive que la diversification pour les bébés, on arrive à l'étape définitive. A ce stade normalement on peut remanger de tout, avec modération et en toutes petites quantités. On évite toujours de se lâcher sur le trop gras ou le trop sucré, sous peine de subir les joies du dumping syndrome

Pour ceux qui ne veulent pas savoir en détails ce qu'est le dumping syndrome, cette illustration devrait faire l'affaire. #soglam

J’en suis aujourd’hui à cette étape, et Michel semble plutôt bien s’adapter. Je retrouve le plaisir de manger les choses que j’aime le jamón serrano ou le queso manchego #profdespagnolforever. J’ai même pu, ce midi lors d’un pique-nique familial, me faire plaisir avec une micro-part de gâteau au citron maison. Bien évidemment, j’ai zappé les chips et le saucisson (j’attendrai d’être chez moi pour tester, rapport au dumping cité plus haut).

Niveau quantités, c’est Michel qui décide encore une fois ! Je n’ai plus de sensation de faim pour ainsi dire. Je sais que je dois manger quand je commence à me sentir faible. Je fais 6 repas par jour mais à des quantités ridicules. L’assiette à dessert est ma BFF (best friend forever), je n’en remplis même pas la moitié et mange mon dessert 1 à 2h après le repas.

👉 Michel et ma vie sociale
J’ai repris assez vite une vie sociale disons normale, avec notamment le mariage de ma cousine à 15 jours post op. Michel n’allait certainement pas me laisser me lâcher sur les petits fours et le buffet froid… J’étais en pleine période mixée donc je me suis ramenée avec mon petit pot de purée Mousline patate-potiron agrémentée d’une Vache Qui Rit #festinroyal. 
J’ai passé la soirée à regarder les invités se lâcher sur l’apéro, trinquer au champ’ ou au soda alors que je me trimballais ma chopine d’eau et se resservir plusieurs fois alors qu’au bout de 5 cuillers de purée j’étais gavée comme Pantagruel.

Quand on te demande pour la 20ème fois de la soirée si "ça va c'est pas trop dur de rien pouvoir manger et de voir les autres se lâcher sur le buffet ?"...

J’vous le cache pas, C'EST DUR. Même si tu n’as pas faim, toutes ses délicieuses choses te font envie et tu ne peux pas y toucher. C’est très étrange aussi quand tu es invité chez des potes à dîner et que tu apportes ta popotte parce que tu sais que le repas préparé ne sera pas bypass-friendly.
Quand tu es bypassé, tu apprends aussi à toujours avoir à portée de main une bouteille d’eau et un en-cas. Tu apprends à ne pas quitter la maison sans avoir dans ton sac de quoi boire et de quoi manger (un Mini Yop se garde jusqu’à 8h hors du frigo, le Babybel résiste bien aussi plusieurs heures) (non, les Snikers et les Kinder Bueno ne sont pas sur la liste des en-cas autorisés) (pour eux c’est la #Blacklist). Car quand Michel a besoin d’être rempli, faut que ça arrive vite et tu ne peux pas te jeter sur n’importe quoi ou entrer dans la première boulangerie venue.

Enfin, tu développeras un TIC très étrange qui t’obligera à fouiller du regard chaque lieu inconnu à la recherche des chiottes les plus proches, voire même un TIC secondaire au premier qui consistera à avoir toujours dans ton sac un paquet de mouchoirs ou un demi-rouleau de PQ en cas de cacatastrophe. #glamour

👉Michel et ma vie intérieure

On m’avait prévenue, mais je n’y croyais pas, je suis de la team Saint Thomas #jenecroisquecequejevois. Eh bah là ce serait même #jenecroisquecequejentends ! Michel fait du bruit. Beaucoup de bruit. Un barouf pas possible, très souvent. La moindre gorgée d’eau déclenche des bruits de tuyauterie assez ouf qui ne passeront jamais inaperçus ni pour toi… ni pour les autres parfois (pour ma part c’est moins le cas quand je mange de la nourriture solide)…  


D’ailleurs Michel a la désagréable propension à se faire entendre quand je suis dans les bras de mon cher et tendre… Ce petit con doit avoir un radar spécial câlin, l’enfoiré ! Heureusement, ça fait rire (et halluciner) ma moitié. D’ailleurs on dit « femme qui rit à moitié dans ton lit », ça marche aussi pour les mecs ?

Si ça fait marrer mon mari, pas sûr que ce sera le cas pour mes collègues en salle des profs ou à la cantoche… Quant à mes élèves ? Punaise, j’angoisse de faire des gargouillis de la mort en plein DS alors qu’on entend les mouches voler. Ou en plein entretien avec des parents d’élèves en réunion parents-profs #oucommentperdretoutecrédibilité #cauchemardeprof #cestbientôtlarentrée

Michel se manifestera également quasi systématiquement au moment du bisou-câlin du soir des enfants, pour leur plus grand plaisir. J’avoue qu’entendre mes louloutes s’exclamer « Rhooooo mais tais-toi Michel !! » en direction de mon bide, ça me fait bien marrer 😜

Tout ça pour dire que si Michel me permet de voir les kilos s’envoler, va me falloir encore un moment pour l’apprivoiser, mon alien… et que c'est bien peu dire que de dire qu'il prend une sacrée place dans ma vie !







mercredi 9 août 2017

L'histoire de Tammy sur TF1 : le phénomène des "Gainers" ou quand grossir devient un business

4

Dimanche je vous ai présenté mon petit débrief spécial après la diffusion du reportage "Naturisme, obésité: ils vivent sans complexes" samedi 5 août 2017. Je remercie d'ailleurs tous ceux qui ont eu la gentillesse d'accorder quelques minutes de leur temps pour lire mon blabla

#coeuraveclesdoigts

Dans ce billet, j'ai volontairement mis de côté le passage du témoin n°3, Tammy, tant son histoire m'a semblé... incroyable. Je m'en vais vous la narrer.

Tammy est une jeune américaine de 25 ans. Elle vit dans la banlieue de Los Angeles avec son compagnon, Johan. Tammy pèse 130kg pour 1,62m. Rien d'extraordinaire au pays de la junk-food me direz-vous.

Effectivement. Les chiffres sont alarmants: l'obésité est le 2ème facteur de décès aux USA. L'Américaine moyenne pèse environ 78kg pour 1.60m et l'Américain moyen, lui, frise les 100kg pour 1.75m. La population obèse est telle dans certains états que même moi, avec mon quintal, je pourrais être considérée comme canon, voire mince.... (putain, j'aurais dû vivre là-bas).

 40% des femmes, 37% des hommes et... 17% des enfants américains sont obèses. Je ne sais pas vous, mais moi ça me fait flipper... Pas pour les adultes, après tout je suis bien mal placée pour juger. En revanche pour les enfants c'est juste effrayant...

Que faire pour enrayer ce phénomène ? Bah je pense que montrer l'exemple est plus qu'important. Poke à Michelle Obama (#BestFirstLadyEver) pour son programme Let's Move!: le but de ce programme est de motiver les jeunes à changer leurs habitudes alimentaires et à bouger leur popotin !


Malheureusement je doute que cela soit suffisant pour aider les jeunes ricains à bouger leur gras (#sansvouloirêtreméchante) et à arrêter de s'empiffrer de burgers, pizzas, tacos en veux-tu en voilà. Comment les motiver à bouffer de la salade et des légumes dans un pays où il y a un fast-food tous les 2 mètres et où la pizza est classée comme légume dans les cantines scolaires ? Aux US, il est clairement plus facile de trouver un burger-frites que des courgettes... (rhoooo j'suis méchante, y'a des tomates dans le ketchup).

Quel exemple on peut donner aux plus jeunes dans un pays où les gens organisent des concours d'empiffrage de hot-dogs ? D'ailleurs dans le reportage on voit une nana toute fière d'avoir gagné un concours de gobage de tamales (sorte de papillote frite sudaméricaine garnie de viande, légumes, sauces ou encore chocolat...). Elle a mangé 1 kilo de tamales en 2 minutes. Oui, UN KILO en 2 putains de minutes. Sa récompense ? Une grosse assiette de tamales (des fois qu'elle ait encore un peu faim, sait-on jamais)... et un joli chèque de 500$ !


(Parenthèse SériesAddict ouverte) Le fameux concours de hot-dogs dans la saison 2 de Grey's Anatomy !! Karev et Bailey s'occupe d'une mangeuse professionnelle coréenne qui souffre d'une déchirure œsophagienne à cause de son "métier" et la bande d'internes décident de se faire un contest. (Parenthèse SériesAddict fermée)

On est d'accord, les concurrents de ce genre de concours ne font pas ça pour la gloire ou parce qu'ils ont un petit creux, c'est bien pour le pognon. Mais parfois, certains n'hésitent pas à aller plus loin...

Tammy est l'une d'entre eux. La demoiselle, ou plutôt son cher et tendre, a fait de ses kilos un business. Un véritable business. Avant, Tammy était une jeune femme comme les autres, plutôt jolie et bien gaulée, la californienne type, blonde péroxydée bronzée...


Mais ça, c'était avant... 5 ans et 60kg plus tard....


C'est une toute autre jeune femme. Je ne jugerai pas son physique hein. Elle n'est pas moche, elle a un visage plutôt agréable et aime son corps malgré ses 130kg. 

Sur le web, Tammy est connue sous le nom de SexySignature, avec une chaîne Youtube et un site internet dédié.  Mais ce n'est pas une énième Youtubeuse beauté, loin de là.

Son fond de commerce ? S'empiffrer devant une caméra et prendre du poids. Elle fait partie de ceux que l'on appelle les "GAINERS" (ceux qui prennent du poids). Son but ? Atteindre au plus vite les 150 kilos et arriver première au classement des "mannequins" grande taille (je mets mannequins entre guillemets parce que vu le site mis en référence, je doute qu'il recensent les sites des mannequins plus size classy comme Tess Holliday... je pense qu'on est sur un ranking un peu plus glauque...) ! Son grand kiff ? Monter sur la balance et voir les kilos s'accumuler (là où toi, grosse vache de base, tu éclaterais volontiers ta balance contre le miroir de la salle de bain à chaque fois que ton poids augmente).

Pour se faire, elle a adopté un régime pour le moins étonnant: elle se nourrit en permanence, toutes les 2 heures. Je ne vous parle pas de petits en-cas gourmands mais bien de véritables repas. Dans le reportage, on la voit ainsi se taper un double-cheeseburger avec des frites au cheddar en plein milieu de matinée pour combler une dent creuse. 

J'aime la junk-food mais là, trop c'est trop... #cholestérol #payetesartèresbouchées

Une addition salée à 2000 kcalories, soit bien plus que le total de calories qu'elle devrait manger sur la journée (pour info, un adulte doit consommer entre 1200 et 1800 kcal par jour). Et le tout sous l’œil vicelard bienveillant de son mac amoureux...


Il la filme donc entrain de s'empiffrer, elle en fait des tonnes en minaudant devant son burger dégoulinant de gras, jusqu'à en avoir le hoquet ! Johan ne résiste d'ailleurs pas à l'envie de signaler que les vidéos avec le hoquet sont super recherchées et bankables sur le net #bruitdemachineàsous

Une fois l'en-cas fini (ou presque ! elle n'arrivera pas au bout à cause du hoquet) (#dramedelamer #ÔrageÔdésespoir), retour à la maison où Sieur Johan s'empresse de télécharger la vidéo sur leur site internet. Vidéo qui donc leur rapportera du fric. Beaucoup de fric...

L'accès à son site internet est payant, 148$ l'inscription. Grâce à ses vidéos d'empiffrage et autres elle peut gagner dans les 2000 euros par mois 😱 Il y a des gens qui aiment voir ce genre de vidéos. IL. Y. A. DES. GENS. QUI. PAIENT. POUR. REGARDER. ÇA. #jevaisvomiretjereviens (Pour info, c'est un phénomène qui nous vient de Corée, pour une fois que ce ne sont pas les américains qui inventent un truc débile... #rendonsàCésarcequiappartientàCésar) (merci les gars, le monde avait vraiment besoin de ça).

Petite capture d'écran de sa chaîne Youtube où elle a publié une vidéo d'elle où elle passe 1min30 à tatouiller son gros ventre ambiance "Mmmmmm qu'il est beau mon ventre.... Mmmmmmm j'adooooooore caresser mon gros ventre", featuring la-voix-de-téléphone-rose slash chaudasse. Vous avez remarqué le nombre de vues ??? Je suis pour la body-acceptance. Elle se kiffe grosse comme ça, tant mieux pour elle. Mais putain il n'y a que moi qui trouve ça malaisant comme vidéo ?

Tiens, d'ailleurs, en parlant de malaise, parlons un peu de Johan. J'hésite entre plusieurs options pour parler de lui... C'est qui ? Son mec ? Son agent? Son maquereau ? Je pencherais plutôt pour la 3ème option, même si ce dernier s'autoproclame "Gourou du marketing": ainsi a-t-il dit à sa belle "Je vais transformer tes kilos en dollars!".

Son rôle au quotidien ? Filmer sa douce en plein goinfrage, nourrir le site web de ses montages (n'est pas Scorsese qui veut, n'en déplaise au monsieur) et gratifier sa chère et tendre de mots doux tels "Tu es très grosse ma chérie" (avec des cœurs dans la voix et tout), car pour eux, "gros" n'est pas une insulte. Pour le coup je suis d'accord avec lui, à la base ce n'en est pas une. Mais faut pas non plus pousser mémé dans les orties. Mon mari me sort ça je lui pète la gueule à coups de balance, soyons clairs (#tuesprévenumonchéri #jetaime).

 

Mais son rôle ne s'arrête pas là. Dans leur business-plan, Môssieur le Gourou joue un rôle capital. Il est un FEEDER, c'est à dire celui qui nourrit, qui donne à manger. C'est lui qui prépare de gras bons énormes petits plats à sa dulcinée. Il l'encourage à manger encore plus et plus souvent. Il la gave, littéralement. Lui donne la becquée quand celle-ci n'en peut plus de se baffrer.

#Gavagedoies #FoieGras #MalaiseTV
Et quand le festin est terminée, la pauvre est bien à la peine... Bah oui, ça doit faire mal de littéralement se faire péter la panse. Mais pas d'inquiétude, le prince charmant vient au secours de sa princesse pour lui masser le bide histoire de l'aider à digérer..... et de faire de la place pour le prochain repas...

"Il m'encourage, il ne me force pas. Je suis moi-même, je fais ce qu'il me plait". Non, sans déc ? Il ne te force pas ? Nooooon, il se contente juste de te gaver comme une dinde qu'il va bouffer au prochain Thanksgiving.  C'est juste aberrant comme relation. Son mec n'est ni plus ni moins qu'un maquereau qui prostitue sa meuf pour se faire du blé.

KILOS = FRIC donc PLUS DE KILOS = PLUS DE FRIC donc JE TE GAVE POUR ME FAIRE DES COUILLES EN OR EN VENDANT TON CORPS. C'est quoi déjà la définition de prostitution ? La seule différence c'est que là, Tammy est sous l'emprise de son souteneur de son plein gré... Glauque. Et parfaitement SEXISTE. Cette nana se laisse manipuler par son mec et semble heureuse d'être "vendue" sur le net pour leur rapporter de la caillasse. Certains diront que le fait d'avoir monté une affaire autour de sa propre image, de s'accepter et de s'aimer autant malgré son physique hors-norme pourrait être un symbole de féminisme, de body-acceptance, tout ça... Ouais bah non. Là c'est juste malaisant et malsain. 

Dans cette histoire, Tammy est un produit de consommation, marketé à mort par son mec le roi du tuning qui "tune" sa meuf en l'engraissant comme il tunerait sa bagnole. Sans compter que ni lui, ni elle du reste, ne semblent prendre en compte les dangers que court Tammy dans sa course effrénée aux kilos, tout ça pour gagner du fric.


Bref, j'ai regardé cette partie du reportage avec un mélange d'étonnement, de dégoût et d'envie de hurler, me demandant comment le monde avait pu en arriver là... 

Moi j'dis, mieux vaut éteindre la télé, éloigner nos gosses d'internet et de tout ce qu'il s'y passe et toujours tâcher de montrer le bon exemple à nos enfants, sans les transformer en control freaks de la bouffe. Se faire plaisir avec un McDo ou du chocolat de temps en temps oui, mais manger équilibré c'est la base.

Et vous, vous en pensez quoi de tout ça ?








dimanche 6 août 2017

"Naturisme, obésité: ils vivent sans complexes" => Mon débrief !

0

Seule pendant 3 jours à la maison, sans enfants, sans mari... Ma petite famille me manque terriblement mais bon sang que ça fait du bien de pouvoir buller un peu peinard... avant de me mettre devant mon PC et préparer mes cours pour l'année #viedeprof

Du coup, je me suis retrouvée devant la télé samedi matin, chose qui ne m'arrive JAMAIS ! Et surprise, je suis tombée sur un reportage de TF1: "Naturisme, obésité: ils vivent sans complexes". Bien évidemment, je suis restée scotchée devant !


Je ne vous parlerai pas de la partie naturisme, même si ce reportage était ma foi très intéressant (et je ne parle pas des jeunes éphèbes à oilpé hein) (bande de coquinous !), au niveau du lien social et de la body-acceptance. Non, je vous parlerai de la deuxième partie du reportage, concernant l'obésité et la chirurgie bariatrique.

PORTRAIT N°1: Le (ex)gros préféré du PAF français, j'ai nommé... Laurent Ournac !

Laurent Ournac, alias Tom dans "Camping Paradis",  c'était l'image d’Épinal du gros rigolo, le gros nounours sympa, un peu maladroit mais toujours souriant et aimable. Bref, la bonne pâte ! Et comme il remplissait toutes les cases du bon gros cliché de base, les téléspectateurs l'adoraient. 

J'en parle au passé parce que, comme vous le savez certainement tous, aujourd'hui Laurent Ournac est bien loin de son ancienne image d'Obélix touchant...

Laurent Ournac version originale... et version découennée-dégraissée !

************************************************************************************************
Petit aparté:  Ne voyez aucune méchanceté, grossophobie ou fat-shaming dans ma façon de parler. Le body-shaming (ou dénigrement du corps, peu importe sa taille), ne fait pas partie de ma façon d'être. Je suis pour la body-acceptance, l'acceptation de soi quelque soit sa taille de fringues. Nous sommes tous beaux, qu'on fasse un petit 36 ou 54 ! (oui, je vis chez les bisounours!). Donc quand j'utilise ce genre de formule (découenné-dégraissé), c'est pour le jeu de mots, pour l'humour, pour le style d'écriture et en aucun cas pour me moquer (surtout que je suis mal placée !)
************************************************************************************************

Bref, ce n'est un secret pour personne, Laurent Ournac a subi il y a quelques temps une SLEEVE  (ou ablation des 2/3 de son estomac) qui lui a permis de perdre pas moins de 60kg ! Il incarne l'exemple français de la chirurgie bariatrique, il est celui qui a montré au grand public que la chirurgie de l'obésité est une solution. 

Dans le reportage il nous explique que derrière l'image de gros rigolo bien-vivant qu'il pouvait donner devant les caméras et dans sa vie publique, se cachait un homme malgré tout rongé par ses complexes. Je vous passe bien sûr la réaction des producteurs: "Rhoooo, mais pourra-t-il continuer à jouer son personnage ? sera-t-il toujours le même, aussi jovial et rigolo ?"

=> Eh, les gars ! Devenir mince ne veut pas dire devenir aigri hein ! Ce ne sont pas nos kilos qui nous définissent. Oui, les personnes rondes donnent l'impression d'être plus souriantes, plus joviales. Sachez que souvent, ce n'est qu'un LEURRE. On essaie juste de donner le change, de faire BONNE FIGURE pour justement ne pas tomber dans l'autre cliché du gros aigri et jaloux de tous. Notre personnalité ne change pas forcément en perdant du poids, mise à part le fait que l'on puisse avoir plus d'assurance et de confiance en soi.



Dans le reportage Laurent insiste lourdement (ha ha!) sur les changements d'habitudes alimentaires. On ne perçoit pas son opération comme un miracle, il explique bien que maintenant qu'il ne peut manger que peu, il privilégie les choses saines tout en gardant le plaisir de savourer et le plaisir de manger... là où avant il ne mangeait que pour se remplir, sans réel plaisir et en très grande quantité.


PORTRAIT N°2: Nathalie, 37 ans, 1.67m et 120kg (taille 56)

Nathalie est une jeune femme qui ne s'assumait pas du tout auparavant, qui essayait de se cacher, de se fondre dans la masse... jusqu'au jour où elle a fait un shooting photo révélateur: apprêtée, maquillée, bien habillée, "finalement j'suis pas mal !" dit-elle en souriant. ET ELLE A RAISON !

Une fois cette prise de confiance faite, elle décide de se lancer dans un sacré défi: participer à un concours de beauté Miss Glam Plus, avec défilé en tenue de ville, tenue de soirée et... lingerie ! Eh oui, comme les mannequins classiques !

On la voit donc être préparée avec ses 11 "adversaires", briefée par une répétitrice à la Geneviève de Fontenay (mais sans le chapeau), coiffée, maquillée, habillée... .

Chaque concurrente est ainsi mise en valeur pour les 3 passages, le dernier étant en lingerie chic devant leur famille et leurs amis notamment. Corsets, déshabillés, slips en dentelle et porte-jarretelles... tout y est pour montrer qu'une femme ronde peut elle aussi porter des dessous sexy !



****Attention SPOILER****: Nathalie ne finit pas sur le podium mais garde un souvenir incroyable de cette aventure qui lui a permis de se dépasser et de s'assumer !

J'ai toujours admiré ces femmes rondes capables de participer à des concours de beauté. Je les trouve courageuses et sacrément audacieuses ! Perso, jamais je ne pourrais défiler en lingerie devant un public ! (poke ma copine de fac Brigitte, ex-candidate à Miss Ronde Franche-Comté !)

 ****ATTENTION***
Je passe directement aux portraits 4 et 5 car je consacrerai un billet entier à Tammy, le 3ème témoin du reportage. Son "histoire" est tellement incroyable (dans le mauvais sens du terme) que j'aurai bien besoin d'un post complet...  
#TEASINGDEFOU


PORTRAITS N°4 et 5: Mickaël, 110kg et Laetitia, 98kg

Mickaeël et Laetitia sont deux frère et soeur qui vivent ensemble en Bourgogne et qui vont se faire tous les deux opérer d'un by-pass par le même chirurgien à la Clinique Sainte Marthe de Dijon.



En revanche les deux n'ont pas forcément la même attitude face à la bouffe à une semaine de l'opération... Mickaël passe son temps à grignoter et s'enfile des biscuits sucrés à 1h du dîner alors que sa soeur prépare un repas plutôt diététique. Mais elle n'est pas innocente... car c'est elle qui a fait les courses et quand on voit le contenu du placard ouvert par son frère 😱...


👉Euh, petite question... Oukilé le régime pré-opératoire ?? Si Laetitia semble essayer de faire des efforts en vue de l'opération prévue une semaine plus tard, le sieur Mickaël, lui, semble plutôt vouloir en profiter ! Il souffre manifestement d'un gros souci de grignotage compulsif et ne semble pas avoir mis quoi que ce soit en place pour y remédier... On lui dit que malgré le by-pass ça continuera ou pas ?

Ensuite est évoquée leur amie Maguy, opérée il y a quelques années, qui est passée de 120 à 60kg. C'est elle qui les a encouragé à passer sur le billard. Elle insiste beaucoup sur les efforts post-op en termes d'alimentation: l'importance de savourer, garder des quantités restreintes de nourriture et surtout l'équilibre alimentaire (1/3 féculents, 1/3 protéines, 1/3 légumes).

On évoque également dans ce témoignage des deux frère et soeur leur suivi pré-op. On nous montre la consultation cardiologue, on mentionne un collège de spécialistes qui se pencheront sur leur cas pour accorder ou non l'opération... mais on n'en voit pas grand chose. J'ai l'impression qu'ils se contentent de nous dire: "Ça coûte 6000 euros mais pour être remboursé faut voir plein de médecins" mais sans vraiment détailler le parcours pré-opératoire extrêmement lourd (et dont je vous parle ICI, ICI et encore LA). 

Petit passage du Dr HAAS, leur chirurgien, la veille de l'opération. Il effectue environ 500 personnes par an et il a vu augmenté son activité de 35% en 5 ans.  Il est plutôt âgé et très souriant, au style plutôt décontracté chemise-ouverte-chaîne-en-or-qui-brille (vous l'avez dans la tête ? de rien !) puis on leur sert le fameux "dernier repas du condamné". Et là tout comme pour moi, point de gastronomie et de gras ! On est loin d'un repas 3 étoiles Michelin : purée, jambon, yaourt nature, compote ! 

Le lendemain à 7h30 départ au bloc de Laetitia ! et Mickaël la suivra environ 1h plus tard.


Ensuite on a droit à une petite visite guidée des entrailles de Mickaël pour nous montrer comment fonctionne l'opération. 

  

Un gros big-up au chirurgien qui compare cette procédure à ... de la plomberie !
En ce qui concerne le post-op, on nous cache quand même pas mal de choses, notamment les premiers repas très difficiles ou encore les douleurs post-opératoires (on voit néanmoins une infirmière installer une pompe à antalgiques à Mickaël). On les suit ensuite pendant leur convalescence qui se passe à la Clinique du Châlonnais, près de Châlon-sur-Saône. Ils y resteront plus de 4 semaines ! Repas adaptés, et activités sportives douces ! Quel pied ! J'aurais adoré pouvoir être prise en charge aussi longtemps en post-op pour démarrer au mieux ma nouvelle vie, même si cela aurait été difficile d'être loin de ma petite famille aussi longtemps.

Si cette partie du reportage est intéressante, je trouve néanmoins qu'elle minimise un peu l'opération et le parcours: oui, on nous dit qu'il faut voir des médecins, oui faut faire faire attention à la bouffe et oui il faut faire un peu de sport. Mais je trouve que ça embellit pas mal les choses. L'aspect psychologique n'est pas du tout évoqué, que ce soit sur le pré-op et la prise en charge des troubles alimentaires ou le post-op !

J'espère que ce "petit" débrief vous aura plu ! Vous pouvez retrouver ce programme en replay pendant 7 jours sur votre box ou sur MyTF1.fr (il faut s'incrire pour le visionner sur le PC... et ne pas être allergique à la pub !).

Quant à moi je vous donne rendez-vous plus tard pour le billet spécial "Tammy", le témoin n°3 du reportage. Une jeune américaine qui s'est lancée dans un drôle de business...

Préparez les pop-corn, ça va envoyer du lourd (#jeudemotsfoireuxbonjour)









samedi 29 juillet 2017

Flashback : Le SUPER régime pré opératoire !

1

Je vous avais promis il y a quelques temps de vous faire un billet spécial sur le fameux régime pré-opératoire, étape indispensable pour tout candidat à la chirurgie bariatrique, que ce soit pour subir une sleeve ou comme moi, un by-pass.

Pour avoir discuté avec d'autres opérés, il s'avère que ce régime pré op n'est pas le même pour tout le monde... et parfois, certains chirurgiens ne le prescrivent même pas 😲 Pas de bol pour moi, moi j'y ai eu droit. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que ce ne fut pas une partie de plaisir !


#Torture

La raison de ce régime préopératoire ? En fait il y en a 3:

👉Dégommer quelques kilos très rapidement pour mettre le corps dans une bonne dynamique: mentalement, perdre des kilos rapidos, c'est top ! Sur une semaine, on peut perdre de 3 à 5kg en moyenne, le KIFF total !

👉Dégraisser (un peu) notre abdomen et notre foie gras, ce qui facilitera le geste chirurgical: bah oui, faut pas se leurrer, farfouiller dans notre gras-double c'est pas facile facile. Certes ils nous transperce le bide avec des trocarts pour, entre autres, injecter du gaz pour gonfler l'abdomen et faire de la place, plus y'a de couenne, plus c'est tendu pour opérer (sans compter que la graisse s'accroche aux organes).

C'est un peu, ouais !

Et enfin la dernière raison à ce régime... et pas la moindre :

👉Permettre au patient de montrer sa bonne foi et sa volonté de mettre en place les changements nécessaires à la réussite de la chirurgie bariatrique. On ne le rappellera jamais assez: la chirurgie bariatrique n'est pas un miracle ! C'est une baguette magique qui file un super coup de main. 

En bref, si tu te fais opérer et que tu recommences à t'empiffrer de Kinder Bueno, de pâtisseries et à te gaver de junk food arrosée au Coca tous les jours, faut être honnête, tu VAS regrossir. Peut-être pas aussi vite qu'avant, mais TU. VAS. REGROSSIR.



C'est qui le coupable dans votre cas ? Moi c'est le n°2... mais n°1 et n°3 sont complices.

Bon, trêve de blabla, ce régime pré-opératoire, c'est quoi ? Il en existe 2, tout dépend du chirurgien et de ses petites habitudes: la version yaourt nature ou la version blanc d'oeuf. Moi j'ai eu droit à la version blanc d'oeuf.

Pendant toute une looooooooongue semaine, j'ai donc eu droit à des menus absolument dééééééélicieux ! #modeironieON

Dans le détail, ça donne ça:

Petit déjeuner:

150cc de lait écrémé ou 1 yaourt 0%
1 fruit
30g de pain SANS BEURRE NI CONFITURE 😱

Déjeuner:

200g de légumes SANS BEURRE NI HUILE NI CREME
150g de féculents cuits IDEM
2 BLANCS d'oeufs en omelette ou durs (j'ai bien dit BLANCS, c'est à dire sans le jaune...)
1 yaourt 0%
1 deuxième laitage 0%

Goûter:

1 fruit
1 laitage 0%

Dîner:

200g de légumes SANS BEURRE NI HUILE NI CREME
150g de féculents cuits IDEM
2 BLANCS d'oeufs en omelette ou durs (j'ai bien dit BLANCS, c'est à dire sans le jaune...)
1 yaourt 0%

Les recommandations d'usage

- on évite les pains grillés et biscottes because graisses ajoutées dans leur préparation
- les laitages 0% peuvent être aux fruits, natures ou aromatisés, mais toujours 0%
- tous les fruits sont permis mais on oublie les fruits secs et les oléagineux.
- maïs, patate douce et tapioca sont interdits.

Maaaaaaaaaaan dieu que cette semaine fut longue et fade !!! J'ai eu l'impression de bouffer de la verdure toute la semaine, et sans sauce en plus !

Maman Baleine fait son régime pré-op !!

Vous l'avez remarqué, la viande est interdite. NADA. WALOU. QUE DALLE. NIET. Pas même une pauvre tranche de blanc de poulet à 5% de MG. La carnivore que je suis a terriblement souffert...



T'aimes pas le blanc d’œuf ? Pas de bol, tu vas devoir t'en bouffer 4 par jour. Et tous ces blancs d’œufs ingurgités ont un effet inattendu... Non, tu ne vas pas te transformer en poule ou te mettre à chanter à l'aube les pieds dans le purin. En revanche, tu vas avoir une haleine de poney !

#Glamour

Bon, ce régime m'a tout de même permis de zigouiller 3 kilos avant l'intervention, ce qui a fait très plaisir à mon chirurgien chéri ! Et comme on dit, c'est toujours ça de pris (ou de perdu, d'ailleurs) !

Voilà voilà ! Ça vous a mis en appétit, hein ??

samedi 22 juillet 2017

Celle qui fait son bilan post-bypass #1: 3 semaines post-op

7

Me voilà donc à 3 semaines post-op. Cela fait maintenant 3 semaines que je cohabite avec Michel, mon mini-estomac. Oui, j'ai donné un nom à mon mini-estomac. Étant donné la place qu'il prend dans ma vie, il mérite bien un p'tit nom. J'ai choisi Michel, petit hommage à mon chirurgien-chéri ♥

Toute ma vie, ou presque, tourne autour de cette mini-poche de la taille d'un ballon de rouge ! Un estomac standard contient peut contenir jusqu'à 4 litres 😱 Aujourd'hui, mon mini-estomac ne peut contenir qu'environ 100ml, soit pas grand-chose: 

100ml = 1 petit verre ballon = 1 petit pot bébé = 1 demi mug = à peine 1 pot de yaourt.

Autant vous dire qu'une assiette à dessert me suffit amplement pour manger ! Les portions de mes repas étant minus, je suis obligée de faire 5 à 6 repas par jour:

- petit déj
- collation vers 10h
- déjeuner
- collation vers 15h
- re-collation vers 17h
- dîner

C'est un peu ça ma life

Et mes repas sont bien loin du combo entrée-plat-dessert hein. Je ne vais pas vous détailler le protocole de réalimentation post op en 4 étapes ici, je vous préparerai un article spécial à ce sujet. Mes repas, bien que peu copieux, durent néanmoins une bonne 40aine de minutes, voire davantage. Je ne peux manger que bouchée par bouchée, espacées d'une bonne minute histoire d'être sûre que la précédente est bien descendue. Et bien évidemment, INTERDICTION FORMELLE de boire pendant les repas.

La boisson d'ailleurs, parlons-en. Il est indispensable de boire toute la journée. En revanche, oubliez le litre et demi à ce stade, car c'est mort. A 1 mois post-op, on recommande 1 litre. Gorgée par gorgée, à une minute d'intervalle. Impossible de descendre 1 demi-litre de flotte cul-sec par grande chaleur comme je le faisais jadis.  Aujourd'hui je passe mon temps une bouteille à la main. Une bouteille d'eau hein, bande de poivrots ! Mais je dois également être prévoyante car interdiction de boire 30 minutes AVANT le repas, pour éviter de me couper l'appétit (si on peut encore l'appeler comme ça) et APRES le repas (pour éviter le phénomène de trop-plein qui ferait ressortir mon reps bien plus vite qu'il n'est entré). 

Avec tout ça, je dois tourner autour des 700 kcal par jour. Pour un corps habitué à fonctionner avec 1500-1800 kcal auparavant, ça doit lui faire drôle à mon organisme...

Moi avant !
 
Moi maintenant !
 
Bon, vous allez dire, "elle va finir par nous dire où elle en est niveau poids ou bien ?". Maaaaaais oui, je vais vous dire !

Attention les yeux, les poids donnés ci-dessous sont situés sur une échelle baleinesque... et je ne vous cache pas qu'il me faut sacrément travailler sur moi-même pour les écrire noir sur blanc au vu au su de tout l'internet...


MARS 2017: Poids début du rééquilibrage endocrino = 122,5kg  #sauvezWilly

21 JUIN 2017 : Poids avant régime préopératoire = 113,5kg #WillyEstAuRégime

28 JUIN 2017: Poids pesée préopératoire = 110,5kg 

J21 post by-pass :  103,7kg !

=> soit quasiment 7kg en 3 semaines de by-pass
=> soit 18,8kg en tout !


Petit bilan centimétrique sur le mois écoulé (régime préop + 3 semaines bypass):

* tour de cou : - 0,5 cm 
* tour de bras : - 3 cm
* tour de poitrine : - 4 cm
* tour de taille : - 4 cm
* tour de hanches : - 10cm
* tour de cuisses : - 6 cm
* tour de mollets : - 3 cm


Le plus impressionnant c'est les hanches / fesses, quand on sait que j'avais déjà perdu 20cm de tour de hanches avant l'opération par rapport à la mesure de l'endocrino ! Je commence à nager dans mes vêtements !

Voilà voilà ! Je suis plutôt satisfaite de ce départ même si je m'attendais à plus de perte, surtout quand on lit le témoignage de bypassés qui liquident 10 à 15kg par mois les premiers mois. Mais je me dis... Chi va piano va sano !

A bientôt les gens !!

mercredi 19 juillet 2017

Celle qui s'est faite opérer ! #Episode 2

3

=> Previously on MamanBaleine's blog: LE BY-PASS

Eh oui, encore une nuit blanche à Seattle Strasbourg ! Et pourtant Dieu sait si avec les restes de l'anesthésie je n'avais qu'une envie: Dormir. Roupiller. Pioncer. Mais manifestement, y'avait pas moyen.

Je vous plante le décor ?
 
1. Vous vous en doutez, le ballet des personnels soignants dans les couloirs et la douce musique des sonnettes des patients ne se sont pas arrêtés comme par magie pour me laisser pioncer, hein... Et si c'est déjà bien relou en temps normal, vous n'imagez même pas quand vous êtes crevée.

2. Ajoutons à cela un objet de torture très particulier: les jambières de compression pneumatiques. 
Il s'agit de contentions qui gonflent grâce à un moteur en exerçant une pression progressive. Ça remplace donc les bons vieux bas de contention de mamy non adaptés à mes cuissots éléphantesques.
 
(#publicitémensongère)

Si lorsqu'on me les a mises au bloc j'ai trouvé ça sympa, là c'était une toute autre chanson. Qui dit moteur dit bruit. Pas un peu de bruit. Beaucoup de bruit. BEAUCOUP. Ça vrombit non stop, ambiance youpi-j'ai-une-mobylette-au-pied-du-lit-qui-tourne-toute-la-nuit. Non seulement le moteur fait du bruit mais en plus les jambières tiennent grâce à des scratchs qui font un barouf d'enfer à chaque gonflement de la jambière.

Ah ! et j'vous ai pas dit, j'ai une tendance à la claustrophobie. Je ne me sens pas bien dans les espaces fermés, il me faut une porte de sortie facilement accessible. Pourquoi elle raconte ça ? penserez-vous ? Bah tout simplement parce qu'à cause de ces jambières je me sentais comme enfermée, piégée. Bref, ce truc qui me serrait les guiboles me rendait complètement folle. Je ne sais pas si c'était à cause de l'anesthésie qui me faisait encore planer à 10000 ou la fatigue extrême, ou le combo des deux.... mais sans déconner je me revois supplier les infirmières de m'enlever cet instrument de torture au plus vite sans quoi j'allais péter une pile.


(#badtrip #ladroguecestmal)

Et moi qui déteste les films d'horreur, ça me faisait aussi cet effet-là... (quoi, ça vous fait peur ça vous aussi ?) (oups) (bonne nuit hein)


Mais finalement je ne suis peut-être pas si bizarre que ça comme nana, puisque ma voisine de chambre a également supplié les infirmières de lui enlever ces foutues jambières qui l'empêchaient elle aussi de dormir.

3. Terminons enfin par le plus insupportable: les douleurs post-op. 
Eh oui, l'anesthésique ne faisant plus effet, j'ai eu le plaisir de faire connaissance avec toutes mes cicatrices et les douleurs qui vont avec. Impossible de trouver une position confortable. Je dors quasi toujours sur le côté, en chien de fusil. Impossible because une cicatrice de chaque côté sur le flanc. Dormir sur le ventre ? Avec trois cicatrices sur l'avant du bide, on va oublier. Reste donc l'option dormir sur le dos... ce qui m'est interdit because mon gros ventre et ma poitrine loloferrariesque pèsent trop lourd sur ma cage thoracique et me provoquent des pauses respiratoires (et en plus avec mes vertèbres lombaires soudées, ça me fait un mal de chien).

Autant vous dire que les nuits suivant l'intervention furent PAS DU TOUT reposantes ou réparatrices. Le seul endroit où je me sentais à peu près bien pour dormir c'était dans le fauteuil ou alors dans le lit en position semi-assise.
♫zombie, zombie, zombie hi hi hi oh oh oh ♫

Bref, j'ai vu défiler chaque minute de mes 2 premières nuits post-op... sans compter que malgré tout, je commençais à avoir un peu faim mais n'avais pas le droit de manger. Tout juste ai-je pu boire un petit peu d'eau pour prendre mes antalgiques.
 
 Allez, c'est tout pour le moment !